Soigneur animalier, spécialisation Éducation & Comportement

formation-soigneur-animalier


Soigneur-animalier-education-Comportement
Travailler avec les animaux est un secteur qui a le vent en poupe. Bien de gens, toute tranche d’âge confondue, sont enclins à suivre des formations sur le soin des animaux. L’éducation et comportement des animaux est l’une des spécialisations qui attirent le plus de monde. Ci-dessous quelques clarifications sur cette formation.

 

En quoi consiste la spécialisation en éducation et comportement ?

 

Dans le cadre d’une formation de soigneur animalier axée sur l’étude des comportements des animaux, les apprentis sont amenés à traiter divers sujets.

Dans un premier temps, ils se familiarisent avec le milieu en se renseignant sur les différents métiers à visée thérapeutiques qu’ils peuvent exercer à l’issu de leur formation.

Pendant l’apprentissage du métier de soigneur animalier, ceux qui sont intéressés à travailler avec les animaux apprennent également les modes de communications de ces derniers. Dans le but d’enseigner tout ce qui touche de près ou de loin au monde animal aux futurs auxiliaires de santé animale, les instituts spécialisés dans ce domaine leur proposent l’étude des comportements des petits mammifères ainsi que des séances de pratiques professionnelles, où ils peuvent démontrer leurs acquis.

La formation de soigneur animalier portant sur l’éducation et le comportement permet aux étudiants d’entreprendre plus tard le métier de dresseur, mais donne aussi la possibilité aux plus persévérants de créer plus tard leur propre école canine. En effet, au cours de leur formation, ils apprennent les différents méthodes d’apprentissage, les réglementations ainsi que la législation régissant le secteur.

Se former en éducation et comportement animalier offre deux débouchés bien distincts, celui de comportementaliste et d’éthologue.

 

Description du travail de comportementaliste

 

Le comportementaliste est en charge de l’observation des comportements des animaux dans le but de mieux comprendre le mode de vie de ces derniers.

Étant des experts en la matière, ils peuvent ainsi assister les propriétaires qui ont des problèmes relationnels avec leurs animaux domestiques. Le comportementaliste porte en d’autres termes le titre de psychologue des animaux. Après leur formation, les apprentis pourront ainsi travailler en tant que conseiller dans des établissements consacrés aux études psychologiques des animaux.

Dans le cas où la relation entre un propriétaire et son animal de compagnie n’est pas au beau fixe, le comportementaliste entre en scène afin de résoudre le conflit et ramener la paix.

Il est utile de mentionner que le comportementaliste traite uniquement le cas des animaux familiers plus précisément les chiens.

Voici un exemple concret : dans un cas précis où le propriétaire n’en peut plus de l’agressivité ou de l’aboiement excessif de son chien, il peut demander conseil auprès d’un comportementaliste. Il en va de même lorsque la bête change brusquement d’attitude, par exemple, un chien habituellement hyperactif qui reste toute une journée boudé dans son coin.

Le comportementaliste peut également assurer le suivi psychologique des chiens de travail afin que ceux-ci soient toujours efficients et crédibles. Ces professionnels reçoivent normalement dans leur cabinet, mais il peut aussi arriver qu’ils se déplacent à domicile.

Il y a, en outre, certains qui travaillent dans des instituts de formation sur les métiers avec les animaux. Il est aussi possible de rencontrer un comportementaliste dans un parc animalier et dans une animalerie.

Concernant le salaire, le comportementaliste touche dans les 1.500 euros par mois.

 

Ethologue : un «comportementaliste » des animaux sauvages

 

Si dans une école de soigneur animalier, le domaine d’étude des comportementalistes se limite aux animaux domestiques, celui des éthologues inclut la familiarisation avec l’univers des animaux sauvages.

Pour prendre part à cet apprentissage, il est obligatoire d’être titulaire d’un bac+5. Contrairement au comportementaliste, l’éthologue aborde les animaux dans leur environnement naturel.

En passant du temps avec les animaux sur leur territoire, ce professionnel observe et note tout sur la vie sociale de la race qui est le sujet de ses études : méthodes de chasse, reproduction, etc.
Il tente également d’identifier tous les éléments déclencheurs à l’origine des différents comportements de l’animal. Pour ce faire, il effectue lui-même des expériences sur la bête en question dans le but de susciter une réaction chez celle-ci.

Étant plus riche en expériences et en compétences, l’éthologue peut exercer de multiples professions se rapportant au monde des animaux. Comme scientifique, il peut à titre d’exemple trouver sa place dans un laboratoire, et en tant que comportementaliste plus expérimenté, il peut donner des formations aux personnes désireuses d’apprendre le travail de soigneur animalier.

L’éthologue peut percevoir un revenu net de 3.000 euros par mois.

 

Les qualifications indispensables

 

Pour mener à bien le travail de comportementaliste et d’éthologue, il faut avant tout vouer une grande passion aux animaux. Si le soigneur animalier n’aime même pas ses patients, c’est certain qu’aucune des missions qu’il va entreprendre ne va réussir.

D’autre part, il faut faire preuve d’une grande curiosité. Il faut faire attention aux moindres faits et gestes de l’animal pour tenter de maîtriser parfaitement ses comportements et arriver à les interpréter.

Par ailleurs, pour cette spécialité du métier de soigneur animalier, la patience est de rigueur du fait que les animaux sont difficiles à apprivoiser. Le sens de l’observation est la base du métier de comportementaliste et d’éthologue. Si un seul élément leur est passé sous le nez, c’est tout le résultat de l’analyse qui sera erroné.

 

 

  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •